ISCPA LYON

Camille et Pierre Grimaud nous racontent leurs souvenirs

Françoise, Pierre et Camille Grimaud.

Françoise, Pierre et Camille Grimaud.

La Fête des Lumières n’a pas d’âge. Chaque Lyonnais ne vit pas de la même façon cet événement hors du commun. Des millions de touristes qui viennent chaque année, cela peut en freiner plus d’un. A 16 ans, Camille n’a pas beaucoup connu la Fête des Lumières et pourtant, elle en a des souvenirs très précis. Entre peur du monde et émerveillement, elle en parle avec des étoiles dans les yeux.

 

Vivre avec des souvenirs c’est bien, mais les raconter et les partager, c’est encore mieux. Nous avons tous des anecdotes sur des événements qui nous ont marqué, et c’est aujourd’hui l’occasion de les dévoiler. La Fête des Lumières, avec son lot de surprises nous marque pendant des années. C’est notamment le cas pour Pierre, qui nous dévoile avec tendresse cet événement marquant de sa jeunesse.

La soirée de Pierre Grimaud

En ce samedi soir, les badauds se pressent sur la presqu’île. Pierre a fait le choix de se balader du côté de Confluence, avant de remonter le cours Charlemagne à pied. Artiste, il en profite pour faire un cliché de l’installation florale de l’église Sainte-Blandine. Arrivé près de Perrache, il retrouve la foule qui se presse devant le métro A. Changement de programme pour Pierre. Lui qui souhaitait aller au parc de la Tête d’or, n’y ira finalement que lundi. Direction Cordeliers, tout en évitant de passer par les grandes avenues. Petite halte devant la lampe d’Aladin avant de retrouver les Anooki qui squattent l’Opéra de Lyon et les danseuses de la place Sathonay. Il est 20 heures, la cohue ambiante agace Pierre qui se réfugie chez Candy Cookie pour avaler un wrap. A peine fini, il se résout à rentrer chez lui. La foule et le froid, Pierre aura bien tenté de les braver. Mais comme la plupart des Lyonnais, il se rend compte que sa ville n’est plus réellement sienne avec les milliers de touristes…

photo

Le samedi en famille de Bertrand

Vivre dans le centre lyonnais, à deux pas des illuminations, ne signifie pas forcément passer sa journée à trépigner d’impatience, en attendant l’instant fatidique où l’on pourra enfin observer les créations illuminées. La preuve avec Bertrand, le père de la famille Menager, qui garde les enfants pour laisser Elodie sortir avec ses amis.

Propos recueillis par Léa Laboureau et Irchade Kari

Françoise Grimaud raconte sa fête des Lumières

Des souvenirs ? Elle en a plein la tête. Presque 20 ans que Françoise n’avait pas fait la fête des Lumières. Avec des enfants en bas âge, la tâche se révélait tout simplement impossible. Cette année elle a décidé de braver la foule pour vivre l’événement comme elle l’entend. Avec son fils, Pierre, elle a arpenté les rues de Lyon, se remémorant la tradition d’antan, lorsqu’elle flânait devant les devantures des boutiques accompagné de son père. Portrait.