Froid

Le parcours de Renaud Meilland

Renaud nous raconte son parcours pour son premier soir de la Fête des Lumières 2014. Il est accompagné de six amis parisiens et compte bien leur en mettre plein la vue.

Propos recueillis par Léa Cardinal
Publicités

La journée de Fabienne Meygret

Comme convenu avec une de ses amies, Fabienne s’est rendue samedi en fin de matinée en centre-ville, pour manger au restaurant. Elles avaient ensuite décidé d’aller au cinéma pour voir « L’Héritier », « selon les conseils d’une femme dans la queue, explique-t-elle. Ça a été une bonne surprise puisque ce film nous a beaucoup plu ! »

Après la séance, alors qu’elles étaient censées faire des courses de Noël, son amie a décidé de rentrer chez elle. Aucun problème pour Fabienne, qui a continué seule. « Si je ne fais pas mes courses moi-même, personne ne le fera à ma place », rappelle-t-elle en riant.

Elle rentre chez elle à 18 h 15, après être allée rue Victor-Hugo, puis place Carnot, pour le marché de Noël, qui était « noir de monde ». « Je regrette vraiment de ne pas pouvoir aller à la Fête des Lumières. Si j’avais été en forme, je serais allée place Bellecour, regrette Fabienne. Mais il ne faut pas se plaindre, parce que je suis encore sur mes deux jambes ! »

Dans son salon, elle s’installe dans son fauteuil et regarde le journal de France 3 pour observer, de loin, les festivités.

Ce samedi soir, chez Fabienne Meygret, ressemble à beaucoup d’autres. Regarder les informations au journal télévisé, manger dans sa cuisine. Aujourd’hui, elle en profite pour s’ouvrir un peu plus à nous, pour exprimer son regret de ne pas pouvoir se rendre à la Fête des Lumières, nous raconter des souvenirs des précédentes illuminations, ou encore nous parler de sa famille.

 

 

Texte Alexandre Festaz

Propos recueillis par Alexandre Festaz et Léa Laboureau

Les anecdotes de Fabienne Meygret

Vendredi soir, Fabienne ne sort pas de chez elle. Elle préfère nous raconter sa première Fête des Lumières. C’était en 1983. A l’époque, elle vient de quitter Oran, en Algérie, et arrive à Lyon avec son mari. En plus de trente ans, les célébrations ont l’air d’avoir bien changé.

 

Propos recueillis par Alexandre Festaz et Léa Laboureau 

#MEILLAND

Nom : Meilland

Prénom : Renaud

Âge : 26 ans

Profession : Technicien pour la Fête des Lumières

Où il habite : Perrache (Lyon 2ème)

Avec combien de personnes il vit : 1 ami colocataire

Pourquoi il va à la Fête des Lumières : Il y travaille en tant que technicien pour décorer le Pont Schuman de Vaise mais y va également en tant que visiteur, le lundi 8 décembre.

Son parcours : C’est la deuxième fois qu’il travaille pour la Fête des Lumières (il était déjà technicien il y a deux ans). En tant que Lyonnais, il a vu l’événement évoluer et prendre de l’ampleur. Seul inconvénient : de plus en plus de touristes…

On retrouve Renaud vendredi à 16 heures !

#GRIMAUD

Nom : Grimaud

Prénom : Pierre

Âge : 22 ans

Profession : Graphiste en recherche d’emploi

Où il habite : Place Guichard (Lyon 3ème)

Avec combien de personnes il vit : Sa copine

Pourquoi il va à la Fête des Lumières : Il va à la Fête des Lumières, tout d’abord car il est lyonnais d’origine, et que c’est un événement important. Pour lui, il y a tout le temps quelque chose à découvrir.

Son parcours : Graphiste de formation, il travaille actuellement en intérim dans une entreprise de transports automobiles, en attendant de trouver un poste dans son domaine de prédilection.

On retrouve Pierre vendredi à 17 heures !

#MENAGER

Nom : Menager

Prénom : Elodie

Âge : 28 ans

Profession : Commerciale grande distribution chez Aoste

Où elle habite : Ampère (Lyon 2ème)

Avec combien de personnes elle vit : Deux enfants et son mari

Parcours : Originaire de Paris, Elodie est venue à Lyon afin de faire une formation en alternance en management des équipes et qualité. Tombée amoureuse de la ville, elle s’est installée définitivement en tant que chef de produit chez Bjorg, puis commerciale chez Aoste.

On retrouve Elodie et sa famille vendredi à 19 heures !