C'est la fin de l'aventure pour Lueurs d'histoires.

THIS IS THE END

C’est déjà la fin. Nostalgie, fatigue et joie sont les sentiments qui règnent à la rédaction, au lendemain du 8-Décembre. Pendant quatre jours, Lueurs d’histoires a tenté de vous faire vivre au mieux la Fête des Lumières, à travers le parcours de quatre familles lyonnaises. Un parcours, mais pas seulement. Les familles que nous avons suivies nous ont fait confiance tout au long de ce week-end et n’ont pas hésité à se livrer, sans pudeur. Anecdotes, souvenirs ou encore récits, voilà ce que nous avons eu le privilège d’écouter et de partager. Afin que ce média éphémère parle à chacun d’entre vous, nos journalistes ont fait le choix d’utiliser tous les médias sur leur site. Entre interviews radiophoniques, vidéos pour relater leurs parcours dans la capitale des Gaules, mais aussi récit photo, tout a été réalisé en temps réel. Si vous n’étiez pas sur le terrain avec nous, pour braver le froid ce week-end, assister aux illuminations, la mission de Lueurs d’histoires souhaitait vous faire vivre cette Fête des Lumières comme si vous y étiez. Pour que sur vos visages aussi puisse se lire la magie de l’événement.

Quatre familles, suivies au jour le jour, telle était notre devise. Vous l’aurez compris, chacun vit sa Fête des Lumières comme il l’entend. Soirée télévision pour Fabienne Meygret, parcours familial pour les Grimaud, visite de la ville organisée pour Renaud et difficulté de coordonner les emplois du temps chez les Menager. Cet événement d’origine lyonnaise, né en 1852, commence à véritablement prendre forme en 1989, où les premières animations sont mises en place. Année après année, le week-end du 8-Décembre est synonyme de féerie. Un objectif : en mettre plein la vue aux badauds. Habitués de cet événement, les Lyonnais, comme Pierre et Renaud, ne rateraient pour rien au monde cette célébration. Les plus âgés, à l’instar de Fabienne, restent évidemment fidèles à la tradition des lumignons sur les fenêtres le jour J. Mais pour d’autres, nous l’avons compris avec la famille Menager, ces quatre jours riment plutôt avec foule. Une foule qui a plus tendance à les effrayer, avec leurs deux enfants en bas âge.

Quatre familles, quatre parcours, quatre instants de vie, qui s’achèvent aujourd’hui. Avec eux, c’est aussi Lueurs d’histoires qui tire sa révérence. Les yeux encore émerveillés par ces quelques jours de féerie.

La rédaction

Fabienne allume ses lumignons

L’horloge de la cuisine sonne 19 heures. Fabienne est installée devant sa table et allume ses lumignons. Rien de bien spectaculaire, si ce n’est la technique qu’elle utilise pour le faire. A l’aide de spaghetti, Fabienne embrase ses bougies. Sur chaque fenêtre, elle en dispose huit, un pour chacun de ses petits-enfants. Cette tradition, elle y tient. Moins pour son aspect religieux que par respect pour le souvenir de son mari, très croyant. « Une fois, se remémore-t-elle joviale, mon mari avait même acheté des lumignons pour notre locataire, qui vit en-dessous. Il tenait beaucoup à cette tradition. »

 

Texte Alexandre Festaz

Propos recueillis par Alexandre Festaz et Léa Laboureau

Le 8 décembre de Pierre Grimaud

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Toutes les bonnes choses ont une fin. Et pour ce dernier jour de Fête des Lumières, nous avons suivi Pierre, de sa recherche d’emploi à sa soirée dans les rues lyonnaises. Tout commence ce matin à 11h, Pierre, en recherche d’un travail dans sa branche retourne chez un ancien patron. Retour place Satonnay, avec beaucoup moins de touristes que samedi soir dernier. Quelques minutes plus tard, Bingo, il décroche un nouveau stage. C’est un bon début ! Quelques cadeaux de noël plus tard, nous le retrouvons chez lui, sur son canapé à jouer aux jeux vidéos. Les heures passent et la nuit tombe dans le 3ème arrondissement. Pierre ne déroge pas à la tradition, il allume ses lumignons et les pose à sa fenêtre. D’ailleurs, c’est le seul de sa rue à en mettre. Pour cette dernière soirée, Pierre nous emmène au Parc de la Tête d’Or. Les libellules et poissons volent au-dessus de nous et ni vu ni connu, Pierre s’empare de notre appareil photo pour immortaliser ces moments. Après un parcours assez rapide, nous partons vers l’Hôtel de ville. Et arrivés là-bas, impossible pour Pierre de ne pas revoir les Anooki. Il s’engouffre ensuite dans les pentes pour y découvrir des centaines de lumignons posés au sol, le spectacle est tout simplement à couper le souffle. Mais la pluie se joint à la Fête, vite, Pierre redescend pour terminer par une étape importante : les Terreaux. Et ce dernier show est à la hauteur. Danse tango, suivie de hip-hop ou de contemporain, les badauds en prennent plein les yeux. Un dernier vin chaud pour la route, et ces 4 jours de Fête se terminent. Pierre l’a dit, même s’il n’habite plus à Lyon, les prochaines années, il reviendra et ça, il en est certain.

Le dernier soir de Renaud Meilland

Dimanche soir sonnait comme une fin pour Renaud Meilland. Après avoir arpenté la capitale des Gaules samedi pour faire profiter ses amis, le jeune homme a décidé de se longer la Saône en ce dimanche soir. La rédaction de Lueurs d’histoires l’a suivi à Vieux-Lyon, Saint-Paul et jusqu’à la place des Terreaux, pour terminer ce périple. Renaud réplique : « En tant que Lyonnais, j’avais envie de me faire ma Fête des Lumières, de manière plus tranquille« . Voilà chose faite. Aujourd’hui, c’est lundi et il est temps de reprendre le boulot, pour lui, comme pour la plupart des Lyonnais.

Propos recueillis par Lorenzo Calligarot et Léa Cardinal

Camille et Pierre Grimaud nous racontent leurs souvenirs

Françoise, Pierre et Camille Grimaud.

Françoise, Pierre et Camille Grimaud.

La Fête des Lumières n’a pas d’âge. Chaque Lyonnais ne vit pas de la même façon cet événement hors du commun. Des millions de touristes qui viennent chaque année, cela peut en freiner plus d’un. A 16 ans, Camille n’a pas beaucoup connu la Fête des Lumières et pourtant, elle en a des souvenirs très précis. Entre peur du monde et émerveillement, elle en parle avec des étoiles dans les yeux.

 

Vivre avec des souvenirs c’est bien, mais les raconter et les partager, c’est encore mieux. Nous avons tous des anecdotes sur des événements qui nous ont marqué, et c’est aujourd’hui l’occasion de les dévoiler. La Fête des Lumières, avec son lot de surprises nous marque pendant des années. C’est notamment le cas pour Pierre, qui nous dévoile avec tendresse cet événement marquant de sa jeunesse.

Pierre et Françoise découvrant la ville illuminée

Chaque famille a son parcours. Celui de Pierre et Françoise se définit au fil des rues et des éclairages. En commençant par le centre-ville inondé de touristes, et en terminant par la magie des illuminations de la cathédrale Saint-Jean, cette soirée fut féerique. Et notre famille revient ce soir dans des coins moins touristiques, mais tout aussi magiques.